Histoire

Au cours des visites de reconnaissance nombreuses à Pondichéry à la recherche d'anciennes structures, Francis Wacziarg et Aman Nath sont tombés sur la maison du 17, Rue Romain Rolland. Elle avait été occupée depuis 1952 par le département de l’instruction publique dont le panneau se trouve toujours au-dessus de la porte d’entrée.

La maison fut acquise en Octobre 1998.

La rue Romain Rolland et au cœur de Pondichéry et fut appelée autrefois, rue des Capucins, d’après un monastère qui existait alors.

L'histoire de Pondichéry est étroitement associée au commerce qui s'est développé au 17ème siècle. Fondée en 1664, la Compagnie des Indes Oientales - la réponse française à la Compagnie des Indes brittanique – a obtenu le droit de commercer avec l'Inde par Louis XIV, roi de France. Le premier établissement, une «factorie», a été établie à Sourate, suivi par les «loges» du Tellichery et Calicut sur la côte de Malabar. Le «comptoir» de Pondichéry allait devenir le "phare" de la présence française en Inde à partir de 1675. Un port a été construit, et en 1691, la population attaignait 20.000 âmes. Dupleix, gouverneur de 1742 à 1756, a inauguré une ère de prospérité pour Pondichéry, mais aussi de guerres qui ont conduit à la destruction de la ville en 1761 par les Anglais. Par la suite, la ville a changé de mains plusieurs fois, entre les Néerlandais et les Britanniques, mais toujours pour de courtes périodes et les Français en ont gardé possession jusqu'en 1954.

La demeure qui abrite l'Hôtel de l'Orient remonte aux années 1780 quand Pondichéry fut reconstruite. Au cours de la restauration une inscription "H. RUDIER 1809 "a été trouvée, indiquant bien que la maison était habitée par une famille française à l'époque. L’occupation française a continué pendant le siècles et demi suivant, et la maison a été achetée par la famille Sinnas en 1952, qui l’a vendue à Neemrana hotels.

L’esprit de la restauration a été de recréer l’atmosphere du 18 ème siècle. Des poutres de bois ont été préservées. La peinture sur le plafond a été gardée intacte. Les portes et les fenêtres ont été conservées.

Les chambres ont été nommées d'après les anciennes possessions françaises: Masulipatam, Surate, Calicut, Gingy, Balassore, Cassimbazar, tous les noms de «loges» et «factories». Les suites ont été nommées d'après les comptoirs français mieux connus: Mahé, Yanaon, Chandernagor, Karikal.

La cour, dans le centre de la propriété, lie la rue avec la salle à manger où sont donnés parfois des spectacles culturels.